Oh! La belle peste que voilà.

Oh! La belle peste que voilà.

25 mars 2016 3 Par Stéphanie Binon

Petite déjà, j’étais une enfant très vive. Elevée par une maman célibataire qui enchaînait les boulots pour nous permettre de vivre le mieux possible, j’ai appris rapidement à me débrouiller, à être autonome.

Notre relation mère-fille était particulière, tantôt bonne, tantôt difficile. Nos caractères plutôt opposés et ce besoin d’indépendance important chez elle et qui grandissait en moi, provoquaient, assez souvent, des étincelles.

Mais malgré cela, je ressentais pour elle beaucoup d’amour, de respect et une grande admiration.

Cette perte brutale d’indépendance, c’est je pense, ce qui a été le plus difficile à vivre pour toutes les deux, après mon accident.

Et ce qui sans aucun doute, m’a amené à développer mon côté “sale gosse” à l’adolescence. Un esprit et un corps, soudain plus du tout sur la même longueur d’ondes pour moi. Une maman, qui elle, essayait de garder une vie normale, une vie de femme. Un cocktail idéal pour attiser ma jalousie et mon mal-être.

Ainsi, lorsqu’un ex-amoureux de ma mère m’a demandé mon avis pour lui faire une surprise, je me suis empressée de le lui donner.

Stef! Je voudrais faire un truc unique, un truc qui va en mettre plein la vue à ta maman!

Ah oui?! A quoi penses-tu?

Un baptême en hélico! C’est géant non?!


Alors, comment vous dire?!

Voilà, en gros ce qui s’est passé dans ma tête de “gamine hyper cool”…

“Toi, mon gars, je ne t’aime pas, je pense que tu es la dernière personne dont ma mère a besoin… Tu veux mon avis?! Tu vas être servi…”

Je vous plante le décor. Dans les heures qui ont suivi mon accident, j’ai eu l’immense privilège d’être héliportée d’un hôpital à un autre telle une super VIP. Ma mère était du voyage et pour le dire clairement, j’ai juste failli y rester lors de ce vol! Je vous passe les détails mais ce n’est certainement pas le meilleur souvenir de ma maman, peut-être même un des pires. Et sans doute, des images enfuies qu’elle préférerait ne pas revivre.

Vous le voyez venir le côté peste?


Alors, tu en penses quoi? Elle va aimer?

T’es dingue?! Mais elle va adorer! C’est génial, j’aimerais trop être à sa place (et là, je me dis aussi, pourvu qu’il ne veuille pas m’emmener…)

Selon vous, qui est revenue très en colère? Qui l’a pourri et l’a laissé sur place?

Et qui jubilais à votre avis?

Gniak! Gniak! Gniak! Oh! La belle peste que voilà!