Laissez-moi confiner tranquille!

Laissez-moi confiner tranquille!

26 avril 2020 0 Par Stéphanie Binon

Chronique que j’ai écrite dans le cadre de l’émission “Les confinés accessibles” à retrouver une fois par semaine en live sur la page Facebook ou autres réseaux de Talentéo, le média digital inclusif depuis 2012.

J’étais à table. 
En train de manger un délicieux morceau de Comté. 
Bien affiné. 24 mois. 
Vous savez, le genre de fromage qui est d’autant meilleur qu’il est resté longtemps confiné. 

La TV est allumée.
Anne-Sophie Lapix soigne la tristitude à coup de sujets tous plus déprimants les uns que les autres.µ
Et là, vient l’annonce.

“Contrairement à ce qu’il annonçait lors de son allocution, le Président Macron précise que les personnes âgées et à risques ne devront pas rester confinées plus longtemps que les autres. Leur déconfinement débutera donc, comme pour toutes les autres personnes, le 11 mai.” 

En gros, soyez responsables et mesurez les risques…

Ma fille saute de joie.
Mon mari sourit et me demande: 
“Cool! Du coup Mon Amour, c’est quoi la première chose que tu vas faire le 11 mai?”

 

“Mais bordel! Qu’est-ce que tu crois? 

La première chose que je vais faire quand on criera “Déconfinement”, c’est vous mettre tous les deux dehors!
Du balai le petit machin qui court, qui saute, qui rigole. 
Et qui parle, qui parle, qui parle… 
À longueur de journée !
Le petit machin à qui je dois dire “salut” quinze fois par jour parce qu’elle n’a que moi à qui parler.
La petite fille SI gentille qui veut à tout prix m’aider à tout faire : me lever, m’habiller, faire à manger, mettre et débarrasser la table, sortir les poubelles, relever le courrier, plier le linge, vider le lave-vaisselle.
Et même ramasser les crottes de chiens!

J’en peux plus de ses bonnes manières…
On pouvait pas attendre qu’elle soit une ado avachie dans son canapé toute la journée?
Il a fallu qu’on se confine pendant sa période “je sociabilise et j’ai envie de parler à ma maman” ???

Et l’autre là.
Le mari parfait.
Le papa modèle.
Mais qu’il arrête de ranger tout ce que je ne remets pas à sa place.
Qu’il arrête de passer l’aspirateur TOUS les matins.
Qu’il arrête de cuisiner des plats qui m’obligent à faire du sport 4 fois par semaine.
Qu’il arrête de nettoyer les robinets à longueur de journée pour éviter les traces de calcaire.

 

DE-HORS!

Cassez-vous!

Dégagez!

Laissez-moi ENFIN profiter de mon confinement!


Je veux pouvoir me recoucher à 8h30, quand l’école commence et qu’il part enfin au bureau.
Je veux pouvoir écouter tranquillement les posts Insta d’Artus, de Jarry, de Camille et du bouledogue de Florence.
Je veux pouvoir regarder à l’infini mon mur Facebook et lire des trucs qui ne servent à rien.
Je veux pouvoir regarder des séries glauques, interdites aux moins de 16 ans, toute la journée si ça me chante.
Je veux pouvoir crier 45 gros mots parce que je n’arrive pas à ouvrir cette putain de bordel de chierie de saloperie de boite de raviolis à la con!


LAISSEZ-MOI CONFINER TRANQUILLE!!!!

 

Mais je suis une maman polie. 
Une épouse digne. 
Gentille. 
Agréable, même.

Donc j’ai respiré. 
Profondément. 
Par le ventre.
Surtout ne pas trahir mon émotion. 
Que dis-je mon émotion? 
Ma colère. 
Ma rage. 
Ma profondissime déception.

J’encaisse. 

Sans frémir. 

Poker Face.

Et je réponds :

“Pourquoi pas un week-end tous les trois dans un endroit sympa?”

Merci à Stéphane Rivière pour cette chouette opportunité. 

Photo @Magazine Society Mai 2020