Photo@Véronique Van Assche

Merci à Véro pour cette anecdote. La rédaction c’est beaucoup Véro et un grain de sel de moi.

Véro avait un joli rêve depuis très longtemps.

Celui de découvrir l’Inde et ses temples Hindous. La spiritualité qui y est omniprésente ainsi que ses ashrams.

Comme les rêves sont faits pour être réalisés, c’est en famille que Véro prend l’avion de sa Belgique natale vers cette destination tant désirée.

Ils sont sept à faire partie du voyage, de quoi rassurer Véro qui du coup, ne s’était pas vraiment renseignée sur l’accessibilité des lieux publics, ni d’ailleurs sur la place des personnes handicapées au sein de cette culture… Le fauteuil roulant de Véro ne devrait pas poser de problèmes. Les bras pour aider sont là, avec elle et en nombre.

Marraine, via une belle association (Volontariat Inde), d’un petit bonhomme qui vit à Pondicherry, Véro a pour projet de passer une semaine de découverte du pays et y retourner ensuite faire la plus belle des rencontres, celle de son filleul.

Ce voyage est le premier et sans doute pas le dernier.

D’autant que jusque-là, ce séjour est tel qu’elle l’avait imaginé.
Et puis, ça y est, elle touche du doigt un autre de ses buts, celui de vivre un instant de partage, de sérénité, de spiritualité au sein d’un véritable temple hindou.

Le temple qu’elle a décidé de visiter se trouve dans une petite ville montagneuse, à 1500 mètres d’altitude. Une ville bruyante, colorée, remplie de magasins, de Tuk-tuk et de mini-temples, d’hommes et de femmes circulant dans les rues en tenue indienne.

Véro se retrouve entraînée dans ce flux humain, un peu comme dans une musique, lorsque le disque ne s’arrête jamais…

Elle a voulu vivre ce moment avec sa maman. C’est donc toutes les deux qu’elles se dirigent vers le fameux temple hindou de Munnar.

C’est l’instant tant attendu. Véro n’a qu’une pensée.

Je vais enfin pouvoir entrer dans un temple hindou et admirer de près les divinités comme Lakshmi, Shiva, Ganesh, …

Le dépaysement est total, l’ambiance tellement inhabituelle pour elles.

Elles sont accueillies par des chèvres sacrées qui viennent autour du temple pour y manger les offrandes ou les fleurs fraîches. Véro croise et observe les traditions. Elle enregistre tous ces instants dans sa mémoire.

Photo@Véronique Van Assche
Photo@Véronique Van Assche

Plusieurs hommes et femmes semblent prier ou se recueillir devant une statue serpent et lui font des offrandes. Une d’entre elles salue Véro et lui parle en Hindou, Véro ne comprend rien… Le moment pour elle est touchant.

Véro s’approche de l’entrée du temple et là, l’odeur de l’encens se disperse dans l’air, tellement présente…
Elle aperçoit les divinités, les statues et plusieurs indiens en sari à l’intérieur mais surtout, elle voit plusieurs paires de chaussures à l’extérieur du temple.

Par respect, elle enlève elle aussi ses chaussures, sa mère l’accompagne dans ce geste…

Véro reçoit des sourires, des regards. Et puis, une indienne vient vers elle en lui faisant des grands gestes.

Elle comprend alors qu’elle ne peut pas rentrer dans le temple, à cause de son fauteuil roulant… La magie s’estompe un peu… Les pensées se bousculent.

Quoi? Quel est le problème? Ce sont les pneus du fauteuil ? Je suis étonnée et très déçue, mais que faire ? Enlever mes pneus ?! Marcher ?! Evidemment, ça ne va pas être possible!

Je suis dans un endroit de cultes et de prières alors, bon, je respecte, je ne dis rien et admire les divinités vues de l’extérieur…

Il fallait donc que Véro vienne jusqu’à ce village paumé, loin, très loin de tout pour se rendre compte que son rêve, celui d’entrer dans un temple hindou, de parler aux divinités n’était pas permis pour les personnes en fauteuil roulant.

Pourquoi? Parce que les roues sont impures, je suppose? A moins que ma tête ne leur revienne pas ?! Moi qui avait l’impression d’avoir fait tout ce qu’il fallait, d’avoir respecté les us et coutumes… J’ai pourtant enlevé mes chaussures, quand j’y pense, j’en ris encore d’ailleurs…

photo@Véronique Van Assche
photo@Véronique Van Assche

Bon, cette « mésaventure » n’a pas empêché Véro d’acheter des belles statues de Lakshmi et de Ganesh. Mais, c’était dans la boutique d’un hôtel… Un truc à touristes finalement…

PS1: j’aurais pu en faire un truc drôle mais, cette fois, je n’ai pas souhaité modifier trop le texte que Véro a gentiment partagé parce que j’ai déjà vécu cette situation et ça ne m’avait pas fait rire non plus. En plus c’était en Corée du Sud, en hiver, il devait faire -15 degrés et me faire refouler à l’entrée du temple parce que je ne pouvais pas laisser mon fauteuil à l’extérieur, c’était pousser le bouchon un peu loin Maurice!

PS2: Si vous souhaitez vous aussi partager une anecdote: c’est par-là. Enfin cliquez sur le par-là quoi.

About The Author

2 Comments

  1. Je ne trouve pas normal de ne pas laisser entrer une personne handicapée dans un temple qui comme les autres (voir parfois plus) a besoin de spiritualité .
    ce serait bien de savoir pourquoi ?
    Je pense qu’ une religion doit s’occuper d’abord des plus fragiles.Là est sa force …
    En tout cas, Véro fait preuve de beaucoup d’abnégation, chapeau !

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Close