Photo @Blandine Even

Merci à Sandra (prénom d’emprunt) pour l’anecdote bien détaillée, la rédaction c’est moi.

Sandra a la sclérose en plaques depuis 20 ans. Cette maladie et ses conséquences varient beaucoup d’une personne à l’autre.

Sandra utilise au quotidien un fauteuil roulant électrique bien qu’elle puisse toujours marcher… Et marcher longtemps en plus. Mais – évidemment, il y a un mais – elle ne peut le faire qu’en milieu statique. Du coup, pour ses déplacements à l’extérieur, c’est devenu compliqué. Si quelque chose bouge autour de Sandra, elle tombe. Son cerveau lui jouant des tours, elle ressent l’effet du train qui démarre alors que c’est uniquement le train d’à côté qui bouge.

Et, par respect pour les piétons qui l’entourent, Sandra ne conduit pas.

Alors, si elle n’a pas de « chauffeur » pour la conduire à ses diverses activités, elle prend les transports en commun. Du moins, elle essaye.

« Le bus que je vais prendre aujourd’hui sera à l’heure. La rampe qui me permettra de monter dans le bus fonctionnera parfaitement. Mon trajet se fera sans encombre »…

C’est le « mantra » que doivent répéter les personnes en fauteuil roulant qui souhaitent prendre les transports en commun. Avant chaque déplacement et plusieurs fois. C’est comme ça, c’est une obligation, un appel à la « chance »…
Mais voilà, ce soir-là, Sandra a oublié ses phrases magiques. C’est malin !

Après une réunion crevante, elle a juste envie de rentrer à la maison et se reposer. A l’arrêt de bus, elle croise les doigts pour que la plateforme qui va lui permettre de monter à l’intérieur fonctionne sans encombre… Une autre personne, aussi en fauteuil électrique, attend.

Tout se passe bien… Le chauffeur connaît le système: faire entrer tous les passagers piétons, fermer toutes les portes, faire sortir la rampe – le quartier entier est alors au courant qu’un « chaisard » s’apprête à monter tant le signal émis est strident – puis ouvrir la porte arrière. Sandra et l’autre passagère montent. La procédure continue : fermer la porte arrière, faire rentrer la rampe, toujours avec l’alarme qui accompagne le mouvement… Et il peut démarrer. Enfin.

Si elles le pouvaient, toutes les deux feraient une danse de la joie. Tout a fonctionné du premier coup.

Plus jamais je ne dirai du mal de la ligne accessible.

C’est ce qu’a pensé Sandra à ce moment-là. Mais, c’était sans compter le mantra qu’elle a oublié de prononcer le matin même. C’est malin!

A l’arrêt de la dame – la gare, l’endroit le plus bondé – la plateforme refuse de descendre mais l’alarme, elle, fonctionne, le bus hurle! Le chauffeur tente plusieurs fois… Sans résultat. Les voilà coincées dans le bus!

La dame panique, elle a des problèmes d’élocution mais, par chance, Sandra connaît son handicap et comprend son désarroi.

Elle stresse car elle a un train à prendre et a besoin de l’assistance qu’elle a pris soin de réserver 24 heures à l’avance. Aucune excuse ne sera acceptée en cas de retard au rendez-vous…

Le chauffeur appelle la maintenance et demande ce qu’il doit faire. La réponse ne se fait pas attendre.

Ramène le bus et signale-le au dépôt, ils répareront ce soir…

Ok, ils sont sympas, Sandra se demande si elles seront nourries aussi en arrivant au dépôt. Il est tard, elle commence à avoir faim…

Mais le chauffeur, qui décidément aura voulu tout tenter pour les « sauver », a une idée : il va la descendre en portant le fauteuil… Qui ne pèse que 200 kg… Quel homme!

La dame refuse qu’on la porte avec le fauteuil… Pas de souci, branle-bas de combat dans le bus, les passagers proposent leur aide et quatre gars musclés se présentent pour la faire sortir. Cours rapide de manutention, le fauteuil est descendu en premier sans casse, la dame reposée dedans délicatement.

Ok, ça, c’est fait. Vingt minutes se sont écoulées et le chauffeur est en nage. Les autres passagers, bien que très aimables, ont pris le bus suivant.
Sandra, maintenant seule, décide de poursuivre l’aventure avec son héros du jour. Un bus, du suspense, un héros, Sandra… Ca ne vous rappelle rien?

Elle explique au chauffeur qu’il leur faut maintenant trouver sur le parcours l’endroit où la marche entre le bus et le trottoir sera la moins haute possible pour tenter de faire descendre le fauteuil en marche arrière. Elle n’a pas spécialement envie de passer la soirée au dépôt et qui sait, un miracle aura lieu et la rampe décidera de redescendre à nouveau.

  • Qui oubliera son mantra spécial transports en commun, devra rester positive coûte que coûte!

Pas de miracle et ils ne trouvent rien de mieux qu’un arrêt où la marche fait 15 centimètres. Mais, ils réussissent à faire descendre le fauteuil sans qu’il ne se retourne ou n’écrase le chauffeur qui le retient comme il peut.

Ce soir-là, il aura fallut 1h30 ET un super-héros bienveillant à Sandra pour faire cinq kilomètres.

Si vous souhaitez raconter vous aussi une anecdote, c’est ici

About The Author

2 Comments

  1. Ca m’arrive aussi sur Poitiers mais faut saluer la régie des transports Poitevin qui est à l’écoute des problèmes soumis (ce qui est rare) qui a réglée le souci des rampes souvent non fonctionnelles l’année dernière. Maintenant ça beug beaucoup moins, ce qui est agréable.

  2. Coucou Stef. Ben alors chez moi, à Brest, ce genre de chose arrive très très souvent. J’ai beau râler et personne ne fait rien. Toutes les lignes sont déclarées adaptées MAIS (ben oui, sinon ce n’est pas drôle), il y a deux affrétés qui font circuler des bus … sans la palette UFR … Oui oui, sur des lignes accessibles … Il y a bien un service TPMR, MAIS là aussi il y a des conditions d’accès, il faut être à 80% ou + d’invalidité. Et ce service ne fonctionne pas pendant les grèves … Et en ce moment, on est en plein … dans une grève, qui est prévue jusque mars, et qui peut être reconduite … Vive la galère quand tu es interdit de conduite à cause des médicaments et que tu dépends des bus pour TOUS tes déplacements, parce que personne n’a le permis dans ton entourage.

    Amis Handis, si vous voulez venir en vacances à Brest et prendre les transports en commun, je ne peux que très fortement vous le déconseiller.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Close