Sequestree-Chevy-STEVENS

Cette semaine, j’avais envie, besoin de légèreté, d’humour, de bonheur, de rose, de paillettes, de barbapapa, de bisounours, alors j’ai lu : Séquestrée de Chevy Stevens.

Evidemment, vous l’aurez compris, mon intro est à prendre au second degré puisque dans ce livre, il n’est nullement question de monde parfait, de douceur, de joie ou de « voici venu le temps des rires et des chants, des monstres gentils oui, c’est un paradis ». Nullement question non…

Alors, oui, il y a bien un monstre. Mais un gros bien vicelard, psychopathe, crapuleux, et qui n’est pas vraiment gentil. Pas vraiment…

L’histoire est bien écrite. A la première personne. Annie, jeune agent immobilier en pleine ascension professionnelle nous raconte, par le biais des séances chez son psy, la terrible épreuve qui lui est arrivée. La vie qui a été la sienne pendant plus d’une année. Son enlèvement d’abord et puis sa séquestration par et avec « le Monstre » dans une cabane vétuste et isolée de tout.

On comprend donc très vite qu’Annie est sortie de cet enfer mais qu’une part de son être y est restée. Que son traumatisme est profond, sa vie extrêmement difficile à vivre, son quotidien fragile et qu’elle est détruite psychologiquement.

Annie dit tout, parfois de manière très crue mais aussi et paradoxalement souvent avec beaucoup de pudeur.

Le récit, bien que centré sur cet évènement tragique, nous en apprend beaucoup sur l’enfance d’Annie, les relations avec sa mère, son père, sa sœur, sa famille au sens large. Chaque personne de son entourage qui fait de ce personnage, ce qu’elle était ou ce qu’elle est devenue aujourd’hui.

Annie, jeune fille auparavant bien dans ses baskets, n’est plus que l’ombre d’elle-même.

L’enquête sur l’enlèvement et le « Monstre » n’occupe pas énormément de place dans le livre. Cette partie est à mon goût trop rapide, le personnage de l’agent chargé de l’enquête trop effacé.

J’ai trouvé certains passages pourtant essentiels au déroulement de l’histoire trop vite exposés et cela m’a laissé l’impression d’avoir raté quelque chose, d’avoir sauté un chapitre.

Et je l’avoue, la fin m’a légèrement déçue. Trop, je ne sais pas, trop… Facile? Pas tant que ça, non. Tirée par les cheveux, un peu. Je ne sais pas… Vous me direz…

Mais « Séquestrée » est un bon livre, un de ces bouquins que j’ai du mal à lâcher une fois commencé. Un bon thriller. Un de ceux qui vous met mal à l’aise, qui vous titille, qui vous marque quand même.

Bref, à lire, si vous aimez ce genre d’intrusion dans ce monde particulier et très personnel.

Séquestrée, Chevy Stevens, Thriller.

Et avant, j’avais lu quoi? A retrouver ici. Entre ciel et Lou.

 

About The Author

1 Comment

  1. Merci beaucoup! Moi aussi jadore les crêpes

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Close