pavés handinary stories

Merci à Jean Luc pour l’anecdote, la rédaction c’est moi.

On a tous, nous les « chaisards », vécu pareille situation.
On repère une super exposition, un chouette vernissage, un séminaire intéressant, une projection – débat sur un sujet qu’on rêve de creuser depuis longtemps et on se dit, nous « communs des mortels » en fauteuil roulant : « ah oui, là, j’y vais. Je m’organise, je ne vais pas rater ça« .

Jean Luc, lui aussi, est de ce genre là. En fauteuil depuis sa plus tendre enfance suite à une maladie, il est devenu prévoyant. Il anticipe.

Ainsi, quand il reçoit une invitation à un vernissage, dans une ferme rénovée, il prend les devants et décroche son téléphone:

Allo? Bonjour madame, une petite information, s’il-vous-plaît. Votre exposition est-elle accessible en fauteuil roulant?

Bonjour monsieur, mais oui, bien sûr. Il y a juste une petite cour pavée et trois marches à l’entrée. Une fois dans la salle, vous verrez, c’est tout plat… Et puis, ne vous inquiétez pas, on vous aidera…

Ah! L’accessibilité toute relative, vue par le monde des valides… Cour pavée, trois marches, rien d’insurmontable, voyons… Enfin, rien de grave, pas assez pour décourager Jean Luc, en tout cas.

Comme prévu et redouté par Jean Luc, la cour pavée est interminable et en pente! Et puis, les 3 marches, bon, il était prévenu.

Le voilà donc porté, avec le fauteuil, par plusieurs des invités – heureusement costauds et serviables – pour passer ces premiers obstacles. Jusqu’à la porte d’entrée, trop étroite pour passer!

Okayyyy! Jean Luc se retrouve dans les bras d’un des gars (super agréable comme situation, vous imaginez bien), les autres plient le fauteuil, le  ré-ouvrent, le mec le pose, Jean Luc peut alors retrouver un peu de dignité… Jusqu’à la porte suivante! Qu’il faudra absolument passer pour atteindre la fameuse salle où a lieu le vernissage! Et, qui est tout aussi étroite que la première!

Rebelote, bras, gêne, fauteuil plié, déplié, etc. P#%*&n!!! Elle a intérêt à tout déchirer cette expo!

Enfin, il est dans l’endroit tant convoité. Mis à part l’étroitesse de certains passages qui aurait pu mettre en danger, non pas Jean Luc, mais les œuvres elles même, tout se passe bien.

Le vernissage se termine doucement et Jean Luc, lui, pense déjà au retour. Il prie pour que les personnes qui l’ont aidé en arrivant soient toujours là…

Et là, comme cela, l’air de rien, on lui montre la sortie de secours. Qui donne accès, directement, de cette salle à l’extérieur, de plain pied, et qui s’ouvre sur le parking. Où se trouve quoi?… La voiture de Jean Luc!

On ne se serait pas un peu foutu de lui là?

Ah! Non! C’était une sortie, pas une entrée…

 

 

 

About The Author

2 Comments

  1. L’épisode prête vraiment à sourire tellement on se demande comment c’est possible mais malheureusement je pense qu’il doit être bien plus fréquent qu’on ne l’imagine. Félicitations au passage pour le blog et la ligne éditoriale : j’aime beaucoup.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Close